Loading...

Les idées reçues sur la motivation des salariés : mythes et réalités

La motivation des salariés est un enjeu majeur pour les entreprises, tant au niveau de leur performance que de leur bien-être. Pourtant, certaines idées reçues persistent quant aux leviers qui permettent de susciter l’engagement des collaborateurs. Cet article propose de passer en revue ces préjugés et d’apporter des éléments de réflexion pour mieux comprendre la motivation au travail.

Idée reçue n°1 : Augmenter le salaire est le principal levier de motivation

Nombreux sont ceux qui pensent qu’une augmentation salariale est la solution miracle pour améliorer la motivation des salariés. Si le salaire est indéniablement un facteur important, il ne saurait à lui seul garantir une satisfaction professionnelle durable. Frederick Herzberg, psychologue américain spécialiste du travail, a ainsi démontré que les augmentations de salaire n’ont qu’un effet à court terme sur la motivation, et peuvent même générer une insatisfaction si elles sont perçues comme injustes ou inadaptées.

Selon Herzberg, les véritables moteurs de la motivation sont les facteurs dits intrinsèques, liés à l’environnement professionnel et aux relations sociales. Parmi eux figurent notamment l’autonomie, les perspectives d’évolution, la reconnaissance ou encore le sens du travail.

Idée reçue n°2 : Les avantages en nature sont moins importants que le salaire

Les avantages en nature, tels que la mutuelle d’entreprise, les tickets-restaurant ou les primes exceptionnelles, sont souvent considérés comme secondaires par rapport à la rémunération directe. Pourtant, ils participent également à la satisfaction des salariés et peuvent contribuer à leur fidélisation.

A découvrir aussi  Pourquoi faire le choix de l'impression offset ?

Une étude menée par Deloitte en 2019 a ainsi montré que près de 60% des salariés valorisent autant, voire plus, ces avantages que leur salaire. Ils permettent de répondre à des besoins spécifiques et d’offrir davantage de flexibilité aux collaborateurs, tout en renforçant le sentiment d’appartenance à l’entreprise.

Idée reçue n°3 : Les salariés préfèrent travailler seuls

Il est courant de penser que les salariés préfèrent travailler seuls pour éviter les conflits et conserver leur indépendance. Or, plusieurs études ont montré que le travail en équipe est un facteur clé de motivation pour une majorité de collaborateurs.

Selon une enquête réalisée par Gallup en 2017, les salariés qui travaillent en équipe ont un niveau d’engagement supérieur de 21% par rapport à ceux qui évoluent en solo. De plus, le travail collaboratif favorise la créativité et l’innovation, tout en renforçant la cohésion et l’entraide entre collègues.

Idée reçue n°4 : Les salariés n’ont pas besoin de feedback

Les retours d’information, qu’ils soient positifs ou négatifs, sont essentiels pour permettre aux salariés de s’améliorer et de s’adapter aux attentes de leur entreprise. Pourtant, nombre de managers pensent que les feedbacks ne sont pas nécessaires ou peuvent être démotivants.

Au contraire, des études ont mis en évidence l’importance des feedbacks constructifs pour la motivation et l’épanouissement professionnel. Selon un sondage réalisé par PwC en 2016, 60% des salariés souhaitent recevoir des retours sur leur travail au moins une fois par semaine. Ces échanges permettent de renforcer la confiance entre collaborateurs et managers, tout en facilitant le développement des compétences individuelles.

A découvrir aussi  Se faire accompagner pour créer son entreprise : un atout précieux pour les entrepreneurs

Idée reçue n°5 : Les promotions sont le meilleur moyen de fidéliser les salariés

Si les promotions sont souvent perçues comme un moyen efficace de fidéliser les collaborateurs, elles ne sont pas toujours synonymes d’épanouissement professionnel. En effet, certaines personnes peuvent se sentir dépassées par leurs nouvelles responsabilités ou désireuses de se concentrer sur leur cœur de métier.

Il est donc essentiel pour les entreprises d’adopter une approche individualisée et de proposer des parcours professionnels adaptés aux aspirations et compétences de chacun. Le développement personnel, la formation continue ou encore le mentorat sont autant d’alternatives qui peuvent contribuer à la motivation et à la rétention des talents.

En définitive, il apparaît que la motivation des salariés repose sur une multitude de facteurs, qui vont bien au-delà des seuls aspects financiers. Les entreprises ont tout intérêt à prendre en compte l’ensemble de ces leviers pour favoriser l’engagement et le bien-être de leurs collaborateurs, et ainsi optimiser leur performance globale.