Loading...

Comment faire pour prendre la bonne décision ?

La prise de décision est depuis longtemps un sujet qui relève en quelque sorte de Cendrillon. Les économistes ont adopté une approche bizarre, en partant d’un modèle qui supposait que le décideur disposait d’une information parfaite (un idéal impossible), puis a travaillé de façon erratique en reculant de ce point vers la réalité.

Les hommes d’affaires avaient tendance à éviter le sujet de la prise de décision. Souvent, ils se sont rabattus sur le mythe de l’esprit de décision, c’est-à dire que les leaders naturels avaient la capacité innée d’être “décisifs”, de sorte qu’il était inutile d’écrire sur ce sujet. Vous l’aviez ou vous ne l’aviez pas.

La prise de décision est, bien sûr, une compétence. Mais, comment nous décidons de la bonne ligne de conduite ? Il existe deux systèmes. L’un relativement automatique mais parfois sujet à des biais irrationnels, l’autre plus conscient et raisonnable.

La comparaison entre les systèmes électriques et mécaniques est utile ici. Un système automatique est comme un système électrique. Une fois branché, il fonctionne à grande vitesse. Le système conscient est mécanique, presque comme s’il fallait tourner une manivelle pour obtenir une réponse.

Donc, c’est comme si vous multipliiez 2×2 pour faire fonctionner le système automatique, et 24×15 pour activer la mécanique (essayez-le).

Mais les questions qui subsistent sont : une grande décision doit être prise, très bientôt. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Comment faire pour que les deux systèmes fonctionnent ensemble ? Voici quelques conseil.

Déterminez le bon moment 

Déterminez exactement quand la décision doit être prise. Si quelqu’un fait pression sur vous, essayez de gagner du temps. Une bonne prise de décision prend du temps (ce n’est pas ce que prétend le mythe de l’esprit de décision, mais le mythe est faux).

Trouvez des informations

Il s’agit normalement d’un mélange de recherche de faits et de discussions avec les gens, surtout ceux qui seront touchés par la décision que vous prendrez. Sonder les gens sans laisser entendre que vous planifiez une décision est un art qu’il vaut la peine de cultiver.

Prenez aussi le temps de jouer avec les options

En y réfléchissant bien, un sentiment de confusion peut en résulter. Acceptez ceci : la confusion est une bonne chose. Elle stimule la créativité et vous pousse hors de votre zone de confort.

Continuez à réfléchir et (si nécessaire) à en savoir plus. Ce qui se passe ensuite, en général, c’est qu’un ou deux d’entre eux apparaissent clairement comme des “premiers coureurs”.

Détendez-vous

Le héros romantique du “mythe de la décision” prend ses décisions dans une tempête d’énergie. Dans le monde réel, les meilleures décisions sont souvent prises dans le calme.

Sachez quand vous allez décider

Cela peut sembler évident, mais les bons décideurs ont des critères intuitifs qui leur permettent de savoir quand. Ce sont des sentiments. Si vous n’êtes pas sûr, essayez ce test. Demandez-vous si vous approuvez la décision avec votre tête, puis avec votre cœur, puis avec vos tripes. Si les trois disent “oui”, vous avez pris la bonne décision. Continuez !

Laissez-vous une marge de manœuvre 

Même si un plan est bien étudié, la réalité est plus complexe, de sorte que la meilleure décision se heurtera bientôt à un obstacle quelconque. Le mythe de l’esprit de décision dit qu’il faut y faire face avec un rouleau compresseur.

Les bons décideurs se laissent la “marge de manœuvre” pour adapter leur décision en fonction de ce qu’elle produit.

Même la meilleure décision prise peut mal tourner

Dans la pratique, les décisions bien faites, bien documentées, prises de manière cohérente et bien mises en œuvre, tournent rarement mal.

Mais si les roues tombent vraiment, les bons décideurs reviennent à la case départ. Ils ne le font qu’après une longue lutte pour que la décision fonctionne, mais ils finissent par savoir quand il faut en rester là. Savoir “quand tenir et quand plier” est l’art d’un grand décideur. 

La plupart de ces conseils créent un équilibre entre les deux systèmes décisionnels.

  • Prendre du temps est en grande partie un processus conscient, tout comme la recherche de faits.
  • Consulter les gens et leurs opinions relève du système “électrique”, évaluant instinctivement ce qu’ils ressentent.
  • Créer et jouer avec les options est en grande partie électrique. Vous n’avez qu’à introduire les faits dans le système et il les traite discrètement.
  • La décision adéquate est une question d’instinct et de ressenti, donc elle relève du système électrique.
  • La mise en œuvre, en revanche, est en grande partie une affaire rationnelle. C’est quelque chose que l’on planifie.

Cependant, il faut encore un peu d’instinct (les bons décideurs savent si un plan fonctionne ou non). Le fait d’appeler cela une journée est probablement basé sur l’instinct, mais doit être vérifié par la raison (le système “électrique” est peu enclin aux pertes, et peut parfois paniquer trop tôt et avoir besoin d’être maintenu sous contrôle par une résolution consciente).

Le plus important est peut-être de comprendre que la prise de décision est une compétence qui peut être améliorée avec le temps. Comme toutes les compétences profondes et difficiles, il y a toujours place à l’amélioration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *